Un voyage au Népal, avec les Alfers namurois ! JOUR 3

Si vous avez manqué les précédents articles, le premier de la série se trouve ici.

Sur l'invitation du Everest Nepal Cultural Group, le groupe folklorique des Alfers namurois s'est rendu au Népal pour participer au douzième Festival International de Danse Folkorique Népal (https://www.folkfestivals.org.np), qui eut lieu à Katmandou, Ghorahi et Pokhara du 01 au 10 mars 2024.

Samedi matin, 2 mars, à Katmandou, les oiseaux chantent, les véhicules klaxonnent, l'air est lourd et poussiéreux.

Le festival sera inauguré officiellement cet après-midi.

Après un copieux petit-déjeuner, les Alfers décident de faire une dernière répétition en face de l'hôtel. Traverser la rue est un fameux exercice de courage et d'abnégation, au milieu des scooters, motos, camions, bus et voitures qui slaloment autour de nous, mais une cour tout en longueur offre un bien meilleur espace de répétition aux joueurs de drapeaux que le parking de l'hôtel.

Après le repas de midi, excellent et riche buffet composé de spécialités népalaises, les groupes se préparent. On sent une certaine fébrilité, une impatience joyeuse et concentrée. J'aime bien ces moments de tension qui précèdent un spectacle. Cela me fait penser aux préparatifs des mariés, une heure ou deux avant leur cérémonie de mariage.

13 heures, les groupes se rassemblent devant l'hôtel. Quelques photos officielles et le cortège se forme. Les Alfers ouvrent la marche, le drapeau belge fièrement porté par Furba Sherpa, l'accompagnatrice des Alfers, le tambour de Jean-Pol battant la mesure. Derrière, les autres groupes suivent dans une parade improvisée aux couleurs aussi variées que celles des drapeaux de chaque pays. C'est beau.

Direction la Nepal Academy, à quelques centaines de mètres de là. Les badauds des rues de Katmandou sont surpris et amusés de voir passer ces improbables visiteurs costumés. Nous marchons sur le trottoir, c'est un simple cortège informel. À ce moment, nous ignorons combien ceux qui suivront, dans quelques jours seront des explosions de couleurs et d'émotions. Nous en parlerons dans les prochains articles...

Arrivée devant la salle. Tout le monde rentre, nouvelles photos officielles. La salle est vide, les spectateurs arriveront un peu plus tard, quand tous les groupes seront installés.

Le groupe commun du Botswana et de l'Afrique du Sud ne seront pas de la partie, ses cinq membres sont encore bloqués à Doha et arriveront seulement dans la nuit à venir.

En discutant avec les organisateurs népalais, quelques heures plus tôt, ceux-ci m'avaient spécifié que je pouvais m'installer dans la fosse, entre la scène et les VIP, avec les journalistes népalais. En observant les lieux, un autre avis s'est imposé : j'irai me placer tout en haut de la salle, auprès des spectateurs népalais. J'aurais été coupé des réactions du public si je m'étais placé dans la fosse. Au contraire, je voulais voir et couvrir l'événement avec les yeux des locaux. De là-haut, depuis les derniers rangs, j'allais sentir le public rire, vibrer, s'amuser et exprimer ses ressentis face aux représentation des différents groupes. Un tout autre point de vue.

C'était aussi l'occasion de rester seul, pendant deux heures, au milieu des népalais et de m'imprégner de l'ambiance.

Très vite, les sourires, les visages chaleureux et accueillants m'entourent. Je sympatise avec mon voisin de rang, Narayan, qui est venu avec sa mère, son épouse et leur fille. Narayan tient un restaurant dans la capitale, il se montre extrêmement chaleureux et prévenant à mon égard. Très agréable rencontre ! Prendre du recul, chercher à adopter d’autres points de vue, tenter de voir avec les yeux des autres, ... est souvent une idée payante.

Pour filmer et photographier le spectacle, je préfère rester debout, ce qui aura perturbé beaucoup de népalais qui voulaient me céder leur place assise.

Après un certain retard, en raison, si j’ai bien compris, de l’attente d’un VIP, le 12ème International Folk Festival-Nepal est finalement officiellement lancé par l’hymne national népalais, devant un ministre d’État, un ambassadeur, des députés, ... Il y a du beau monde. Ce festival, qui rassemble 350 artistes de 11 pays différents, est le plus important festival interculturel du Népal.

Les groupes sont accueillis sur scène par un présentateur, qui alterne entre les explications en népalais et en anglais, et qui ne manque pas d’humour. Plusieurs fois ses blagues font éclater la salle rire.

Tout en découvrant avec grande joie les prestations des groupes, j'observe le public autour de moi. Je suis le seul "occidental" dans cette partie de la salle. Les gens se parlent, s'interpellent, rient, filment avec leur smartphone, se passent des bouteilles d'eau de rang en rang pour s'hydrater. C'est une ambiance très bon enfant et décontractée.

On sent les vibrations de l'assistance au fur et à mesure des moments forts des spectacles. Tel mouvement de danse plus complexe ou esthétique appelle des cris d'approbation et des applaudissements. C'est un bon public, très réactif, très communicatif. J'adore être là, à ce moment !

Les Alfers namurois passent en dernier. Plusieurs spectateurs environnants se retournent vers moi, avec un sourire, ceux qui savent que je suis le photographe du groupe, ou simplement ceux qui ont repéré mon pays d'origine sur le gros badge officiel du Festival, qui pend à mon cou.

L'espace de la scène limite la prestation de notre groupe folklorique belge, qui a besoin de surface et de hauteur pour exercer son art, mais le spectacle est malgré tout fort impressionnant. Il fait manifestement son effet sur le plublic, qui appplaudit avec enthousiasme aux spectaculaires lancés de drapeaux.

Une dernière danse plus ou moins improvisée, entre quelques membres de chaque délégation et les danseuses d'un groupe népalais et le premier spectacle du 12ème International Folk Festival Nepal est terminé.

Tout le monde se retrouve sur la scène, pour des dernières photos avant de reprendre à pieds le chemin de l'hôtel, où un bon repas nous attend.

Une ou deux dégustations de jus de houblon népalais dans notre QG. Pour bien rencontrer un pays, il faut découvrir ses beuvrages. Avec modération : demain les 350 participants du festival devront être dans les autocars à 5h du matin, direction Ghorahi, à près de 500 km de Katmandou.

La route sera longue demain, nous expliquent les organisateurs, au moins une douzaine d'heures. Ils nous avertissent d'un aspect important : "Nous sommes au Népal et les routes sont un point faible du pays. Nous savons quand nous partons, pas quand nous arrivons. C'est comme ça."

Ils ne croyaient pas si bien dire.

Mais nous en parlerons dans le prochain article.

Place aux photos (et aux vidéos) !



Photographies de Pino Romeo. Aucun usage des photographies n'est autorisé sans l'accord de l'auteur
© 2024 - Pino Romeo


photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage photographe mariage



[/size]
BONUS VIDEO (soyez indulgents, je ne suis que photographe et non vidéaste ;-) ) :




https://youtube.com/shorts/mTWbcHyLy78?feature=share



Les Alfers namurois au Népal ! Partie 1/12 - Arrivée à Katmandou
Les Alfers namurois au Népal ! Partie 2/12 - Découverte de Katmandou
Les Alfers namurois au Népal ! Partie 3/12 - Inauguration du 12ème International Folk Festival Nepal à Katmandou
Les Alfers namurois au Népal ! Partie 4/12 - Un voyage infernal !
Les Alfers namurois au Népal ! Partie 5/12 - Le fabuleux accueil de Ghorahi !


Photographies de Pino Romeo. Aucun usage des photographies n'est autorisé sans l'accord de l'auteur
© 2024 - Pino Romeo